dimanche 30 septembre 2007

Tarte à la carotte et au sésame pour La belle au blé Dormant


Non, non, non, je ne suis pas en pleine frénésie de carotte, même si je dois avouer que c'est un légume racine qu'il est facile de trouver chez moi lorsque les marchands en propose sur les étals. J'aime beaucoup la carotte c'est une chose entendue, mais il en est une qui l'aime encore plus, et c'est La Belle au blé dormant. La Belle nous propose de venir enrichir sa tarte-à-la-carotte-ô-thèque jusqu'à ce soir, j'ai donc saisie l'occasion pour faire manger des légumes bien cachés dans leur habit de tarte à l'homme. Qui c'est peut être qu'il aura le teint plus rosé demain matin…

Pour la pâte au sésame:
  • 180 g de T65
  • 2 c. à s. d'huile de sésame
  • sel, poivre
  • 120 ml d'eau
  • 10 g de sésame complet
Mélanger la farine et le sésame avec l'assaisonnement et sabler avec l'huile de sésame. Ajouter juste assez d'eau pour former une boule de pâte souple et non collante.
Étaler la pâte et foncer un moule, j'ai pour ma part opté pour mon moule rectangulaire. Piquer le fond de pâte avec une fourchette et garnir.

Pour la garniture:
  • 250 g de carottes cuites à la vapeur
  • 20 cl de crème liquide
  • 1 oeuf
  • sel, poivre
  • sésame complet
  • fromage râpé
Répartir les carottes en rondelles sur le fond de pâte. Battre l'oeuf avec le lait, saler et poivrer. Ajouter quelques grains de sésame et verser cette préparation sur les carottes. Saupoudrer de sésame et de fromage et enfourner à 190 C° pendant 30 à 40 minutes. Servir avec un peu de coleslaw, histoire de remettre une couche de carottes parce que ça ne donne pas seulement de jolies couleurs ça rend aimable aussi, vous vous souvenez…?
D'ailleurs c'est super les carottes pour rendre aimable un homme pas très heureux du programme dominical: "Chéri, tu reprends un peu de tarte? Au fait, tu te souviens, cet après midi on va au Salon Vivez Nature…"

Légumes confits au four façon Papilles et pupilles


Lorsque je consulte blog actu, c'est à dire un millier de fois par jour, ou plus sérieusement dès que je suis devant mon ordinateur avec un moment de libre, je lis toutes les recettes dont le titre m'interpelle et s'il y en a qui me plaisent je les met en signet sur mon bureau. Mes liens mis de côté ont tendance à s'accumuler, donc je fais régulièrement le tri afin de savoir si j'ai l'intention ou non de faire telle ou telle recette. J'avais ainsi mis de côté cette recette proposée par Anne, mais j'avais peur que les légumes ainsi cuits ne soient un poil trop secs. Après quelques messages échangés avec Anne j'étais rassurée, et ce matin, jour de marché, j'ai pu acheter le nécessaire avant de filer à la gym… Anne avait bien raison de m'encourager, les légumes ne sont absolument pas secs, ils sont délicieux.

Pour ma grande cocotte Staub (je n'aurais pas pu rentrer un légume de plus…):
  • 1 aubergine
  • 2 courgettes
  • 1 gros oignon paille
  • 4 gousse d'ail
  • 1 poivron
  • 3 tomates
  • sauge
  • thym frais
  • romarin
  • 2 c. à c. de sel gris de Guérande
  • poivre
  • 4 c. à c. d'huile d'olive vierge extra
Laver et couper tous les légumes en dès moyens, sauf l'oignon et l'ail. Émincer finement l'oignon et écraser fortement les aux avec la paume de la main. Mélanger tous les légumes avec l'huile, les herbes, le sel et le poivre. Cuire 1h30 à 170 C° en mélangeant toutes les 20 minutes (il faut bien travailler un peu). Au moment de servir, moi qui adore le vinaigre balsamique, à la place de l'huile, j'arrose de vinaigre mes petits légumes fondants… Pour garder ces légumes au chaud, à la fin de la cuisson et pour les faire confire encore plus, j'ai chauffé le four à 120 C° et j'ai laisser tourner jusqu'au repas… Un délice je vous dis, un délice…

samedi 29 septembre 2007

Yaourts moitié/moitié


Dans la mesure où une fournée de yaourts représente tout de même 8 pots et que la plupart du temps, je suis seule à manger les dits yaourts, la monotonie se fait parfois un peu sentir au bout de 3 jours du même yaourt… C'est pourquoi j'ai décidé, dans la mesure du possible, de faire des fournées de yaourts composées de plusieurs parfums. Aujourd'hui, c'est yaourts sur lit de crème de pruneaux, ou sur lit de confiture de rhubarbe.

Pour 4 pots de chaque parfum:
  • 1 litre de lait écrémé
  • 3 c. à s. de lait en poudre bio
  • 1 yaourt nature (bio)
  • 4 c. à c. de crème de pruneaux
  • 4 c. à c. de confiture de rhubarbe
Battre le lait avec le yaourt et le lait en poudre. Répartir la crème de pruneaux et la confiture de rhubarbe dans les pots et verser la préparation au lait. Placer en yaourtière 10 heures, puis tenir au frais un minimum de 4 heures.

Pain à la semoule


Toujours dans les mets préparés pour le repas convivial où chacun met la main à la pâte, j'ai eu envie de préparer un pain à la semoule, ce que je n'avais encore jamais fait. Il me restait de la semoule depuis la confection du boulou, et n'en ayant de toute façon pas assez pour faire des makrouds ou autre pâtisserie requérant cet ingrédient, j'ai écoulé mon paquet avec ce pain. Il me manquait seulement 20 g de semoule par rapport à la recette originale, j'ai donc complété par autant de farine.
  • 110 g de semoule de blé fine
  • 390 g de farine T65
  • 2 c. à c. de sel
  • 50 g de levain liquide
  • 8 g de levure fraîche
  • 25 cl d'eau tiède
Diluer la levure dans 10 cl d'eau et laisser reposer. Mélanger la farine et la semoule au sel, puis placer le levain au centre de ce mélange, ainsi que la levure diluée. Pétrir en incorporant le reste d'eau. Lorsque la pâte est souple et homogène, laisser lever 2 heures. Rompre la pâte et disposer en boule dans la cocotte en fonte. Fendre la pâte avec un couteau bien aiguisé. Laisser lever 1 heure. Enfourner à froid en réglant le thermostat sur 240 C° et laisser cuire 30 minutes à couvert. Au bout de ce temps, baisser la température à 220 C° et découvrir la cocotte. Poursuivre la cuisson 15 minutes, après avoir donné le coup de buée.
Ce pain est très croustillant et je suis ravie que ses miettes, sans doutes nombreuses ne soient pas réparties chez moi. Comment, vous ne savez pas que la phobie des miettes compte parmi mes nombreuses extravagances?! Vous commencez à me connaître un peu mieux alors…

Coleslaw, façon moi


Traditionnellement le coleslaw c'est plein de mayonnaise… Le hic, c'est que moi la mayonnaise je n'aime pas, mais alors pas du tout. D'ailleurs, je n'aime pas les sauces en général que ce soit le ketchup, la mayonnaise, ou autre; la moutarde passe encore si c'est sur un fond de tarte ou dans une vinaigrette, mais jamais vous ne me verrez tremper un légume dedans… Donc chez moi le coleslaw c'est sans mayo et c'est très bon, sans compter qu'ainsi c'est tout de suite beaucoup plus léger.

Pour un très gros saladier:
  • 1/4 de choux blanc
  • 5 carottes
  • 2 petites pommes reine des reinettes
  • 1 bonne poignée de raisin sultanine
Râper le choux grossièrement. Râper les carottes et les pommes plus finement et mélanger intimement tous les légumes/fruits.

Pour la sauce:
  • 1 yaourt brassé
  • 1 c. à s. de moutarde à l'ancienne
  • 2 c. à s. de vinaigre de cidre
  • sel, poivre
Battre le yaourt avec la moutarde et assaisonner. Liquéfier la préparation avec le vinaigre et répartir cette sauce sur les crudités. Ajouter les raisins secs, mélanger à nouveau et tenir au frais jusqu'à dégustation.

vendredi 28 septembre 2007

Pains au fromage blanc et à la ciboulette


La recette originale préconisait l'emploi de ricotta pour ce pain mais n'en ayant pas, et aux sons émient par la pluie sur mon balcon l'idée de mettre le nez dehors pour un pot de fromage ne m'emballait pas plus que ça… J'ai donc substitué la ricotta par du fromage blanc, mais la prochaine fois c'est promis je fais la vraie recette.
Ces petits pains sont très bons mais je dois confesser que bien qu'aimant beaucoup l'ail, après dégustation il m'apparaît qu'ici c'est vraiment en trop, la ciboulette ayant déjà beaucoup de goût.

Pour 8 petits pains:
  • 450 g de T65
  • 100 g de fromage blanc
  • 1,5 c. à c. de sel herbamare
  • 1 gousse d'ail (à supprimer)
  • 1 c. à s. de ciboulette
  • 190 ml d'eau tiède
  • 1,5 c. à c. de levure SAF-instant
Mélanger la farine avec la levure et le sel. Au centre placer le fromage blanc, la ciboulette et l'ail haché. Pétrir en incorporant l'eau. Lorsque la pâte est souple et homogène, laisser lever au chaud 2 heures. Rompre la pâte et diviser la en 8 morceaux. Laisser lever 45 minutes. Inciser les pains, et les humidifier. Cuire 20 minutes à 220 C° après avoir donné le coup de buée.

Tourte de pommes de terre à la ciboulette


Cette recette est tirée une fois de plus d'un auteur des édition La Plage: Garance Leureux, un joli petit ouvrage sur les tartes salées au fil des saisons.
Au vu des températures actuelles, j'ai pensé qu'une bonne tourte bien roborative ne nous ferait pas de mal. L'homme et moi n'allons pas manger cette tourte seuls puisque cette tourte ainsi que la tarte au deux tofu, ont été réalisées pour un dîner convivial où chacun doit apporter quelque chose à manger du type quiche, salade… J'aime beaucoup cuisiner pour l'homme, mais j'avoue que je suis toujours excitée comme une puce quand je peux cuisiner pour un autre public, moins partial et parfois moins (bio)septique puisque ignorant mes lubies culinaires…

Pour la pâte:

  • 300 g de farine T65
  • 2 c. à s. de purée d'amandes blanche
  • 200 ml d'eau
  • sel, poivre
  • un jaune d'oeuf
Mélanger la farine avec le sel et le poivre, puis sabler avec la purée d'amande. Ajouter suffisamment d'eau pour pouvoir former une boule de pâte souple et homogène. Séparer la pâte en deux parties inégales, environ 1/3, 2/3. Étaler les 2/3 de la pâte et foncer un moule de 23 cm de diamètre, piquer la pâte. Laisser largement déborder pâte sur les rebords du moule. Répartir la garniture et après avoir étalé la seconde partie de la pâte, recouvrir la tourte avec. Souder avec précaution la tourte et faire une cheminée au centre. On peut, si l'on veut décorer le dessus de la tourte avec la pointe d'un couteau et des chutes de pâte modelées.

Pour la garniture:
  • 6 de pommes de terre
  • 1 gros oignon paille
  • de la ciboulette
  • 200 ml de lait
  • sel, poivre
  • 6 tranches de comté (ou 150 g de fromage râpé)
Laver et peler les pommes de terre. Trancher celles-ci, ainsi que l'oignon en fines lamelles. Mélanger ces deux ingrédients et les répartir en trois couches sur le fond de pâte. Entre chaque couche disposer les tranches de fromage sur toute la surface. Avant de recouvrir du disque de pâte restant, mélanger le lait et la ciboulette avec l'assaisonnement et verser sur les pommes de terre.
Enfourner 1 heure à 200 C° après avoir doré au jaune d'oeuf.

Tarte aux deux tofu


Pourquoi deux, et pourquoi du tofu à la moutarde et du tofu fumé? Parce que j'avais envie, en plus c'est plein de jolies couleurs… Vous ne pourrez voir que la tarte entière, mais prédécoupée car elle est destinée à être amenée lors d'un repas à l'extérieur, désolée…

Pour la pâte:
  • 150 g de farine T65
  • 50 g de flocons d'avoine (petits)
  • sel, poivre
  • 2 c. à s. de purée de sésame complet
  • 100 à 120 ml d'eau tiède
Sabler la farine assaisonnée avec la purée de sésame et ajouter assez d'eau pour obtenir une boule de pâte souple et non collante. Étaler dans un moule de 24 cm de diamètre et piquer le fond de tarte avec une fourchette. Répartir la garniture.

Pour la garniture:
  • 2 oeufs
  • 100 g de tofu à la moutarde
  • 100 g de tofu fumé
  • 300 g de champignons de Paris cuits à la poêle
  • 200 ml de lait
  • sel, poivre
  • fromage râpé
Râper les deux tofu, puis les mélanger aux champignons. Répartir ce mélange sur le fond de tarte. Battre le lait avec les oeufs, assaisonner et verser l'appareil sur le mélange au tofu. Saupoudrer de fromage râpé et enfourner à 190 C° pendant 30 à 40 minutes.

jeudi 27 septembre 2007

Bookblog

J'ai reçu mon bookblog aujourd'hui!!! Je dois dire que ça m'a surprise de trouver un paquet dans la boîte au lettres, je ne pensais plus du tout à cela… Ma book blogueuse c'est Matylda du blog La cuisine de Matylda. Le paquet était vraiment très joli et accompagner d'un très gentil mot, tout aussi joli, avec trois ravissants stickers. Je peux vous garantir que j'ai pris mille précautions afin de ne pas abîmer ce courrier…
Matylda a su lire dans mes pensées, elle m'a offert Mes Secrets gourmands de macarons de Stéphane Glacier. Je ne sais pas comment elle a deviné que je brûlai d'envie de me lancer dans cette aventure, mais en tout cas, je peux lui garantir que je ne vais pas traîner pour macaronner…
Merci encore Matylda et merci aussi à l'instigatrice du bookblog, Isa.

Terrine de millet aux champignons

Encore une savoureuse recette de Valérie Cupillard… J'ai quelque peu modifié les recommandations de l'auteur pour obtenir quelque chose de certes moins onctueux, mais avec un peu plus de tenue.
  • 100 g de millet
  • 150 g de champignons de Paris
  • 1 oignon
  • sel, poivre
  • muscade
  • 1 c. à s. de purée de cajou
Faire cuire le millet dans 50 cl d'eau pendant 30 à 40 minutes sur feu doux et sans couvrir. Pendant ce temps, cuire légèrement les champignons et l'oignon finement émincés. Lorsque le millet a absorbé toute son eau de cuisson, ajouter la purée de cajou, puis les légumes et la muscade. Assaisonner et couler dans un moule à cake chemisé de papier aluminium. C'est à partir de là que ma version diverge légèrement, dans la mesure où j'ai passé la terrine au four chaud (à 200 C°) pendant une dizaine de minutes avant de laisser complètement refroidir. L'homme a apprécié cette terrine avec un peu de coulis de tomate venu égailler les couleurs de ce plat.

Pain au fenouil et à la figue sur levain liquide

En rédigeant cette recette, je me rend compte que je n'ai pas acheté de pain depuis plusieurs semaines maintenant, ce qui est plutôt une bonne chose, puisqu'ainsi je connais la provenance de chacun des ingrédients mis en oeuvre. De plus, je profite d'une plus grande variété de pains en les réalisant moi même. L'homme semble apprécier, il a même proposé l'autre jour que je fasse commerce de mes pains au marché…
Pour ce pain, j'ai opté pour une cuisson à la cocotte en fonte.

  • 240 g de farine complète au 5 céréales
  • 260 g de T65
  • 150 g de levain liquide
  • 5 g de levure fraîche
  • 2 c. à c. de sel
  • 270 ml d'eau tiède
  • 60 g de figues en morceaux
  • 8 g de graines de fenouil
Dissoudre la levure dans 10 cl d'eau tiède et laisser fermenter. Mélanger les farines au sel et placer le levain au centre. Ajouter la levure diluée et pétrir en incorporant le liquide progressivement. Lorsque la pâte est souple et non collante, ajouter le fenouil et les morceaux de figues. Laisser lever 2 heures. Rompre la pâte et former une boule. Disposer le pain dans la cocotte recouverte de papier sulfurisé et faire des entailles. Laisser lever 1h/1h30. Couvrir la cocotte et démarrer la cuisson à froid à 240 C° pendant 30 minutes. Baisser la température à 220 C°, découvrir et prolonger la cuisson 15 minutes après avoir donné le coup de buée. Laisser refroidir sur une grille.
Pendant la cuisson du pain, alors que je vaquais à d'autres occupations, je me suis demandé, en me précipitant vers le four si je n'avais pas oublié d'en ôter un bout de pain d'épices, car l'odeur qui embaumait la maison en donnait l'impression… Mais en fait, c'était tout simplement l'odeur délicieuse du pain au fenouil, dont le goût s'est révélé tout aussi délicieux.

mercredi 26 septembre 2007

Yaourts aux pruneaux

Les pruneaux c'est bon pour la santé, du moins c'est ce qu'on me disait quand j'étais petite, raison pour laquelle je ne voulais même pas pas m'en approcher. En fait je voyais un peu ça comme de l'huile de foie de morue, un aliment pas bon qu'on donne au enfants pour les renforcer.
Si je me suis mise à aimer les pruneaux, vous me croirez ou non, c'est dans un rôti de veau! Je suis végétarienne seulement depuis 4/5 ans, dure de dure depuis 1 an et demi, avant cela je mangeais donc de la viande. Dans le rôti, je les ai trouvé très bons les pruneaux, j'ai donc accepté d'en manger comme ça, sans rien d'autre, et j'ai adoré!
Seulement les pruneaux pour moi, c'est comme les cacahuètes à l'apéritif, je pioche dans le paquet encore et encore… C'est sans doute bon pour la santé, mais dans certaines limites, surtout que c'est quand même plein de sucre ces petites gourmandises.
C'est pour cela que dans des yaourts, c'est parfait…

Pour 8 pots:
  • 1 litre de lait écrémé
  • 10 pruneaux
  • 1 yaourt nature de brebis
  • 3 c. à s. de lait en poudre bio
Mixer fortement les pruneaux avec 100 ml de lait. Lorsqu'ils sont bien réduits en purée, ajouter le restant du lait, ainsi que le yaourt et le lait en poudre. Mixer doucement, et verser dans les pots. Placer en yaourtière pendant 10 heures, puis tenir au frais au moins 4 heures.

Pains de campagne à la farine d'épautre


Mon imagination débordante n'est pas responsable de la composition de ces pains dont l'idée incombe seulement au Moulin des Moines. Ma seule intervention a été de façonner non pas un gros pain, mais des petits pains individuels (en partie parce que ma cocotte était occupée par les légumes confits…). J'ai également ajouté, comme suggéré sur le paquet de préparation boulangère quelques graines de tournesol qui apportent un savoureux croquant.
  • mix pain de campagne Moulin des moines
  • 2 c. à c. de sel
  • 320 g d'eau tiède
  • 3 poignées de graines de tournesol
Mélanger la farine avec le sel et incorporer progressivement l'eau tout en pétrissant (vitesse 1 à 2 du robot). Lorsque la pâte a une bonne consistance, ajouter les graines de tournesol, former une boule et laisser lever à couvert 2 heures. Rompre la pâte et diviser en autant de morceaux que de petits pains souhaités et laisser lever 45 minutes. Cuire 15/20 minutes dans le four préchauffer à 240 C° après avoir donné le coup de buée. Laisser refroidir sur une grille.

Quiche verte aux fromages italiens


Cette quiche m'a permis de vider un peu mon frigo de ses réserves de fromages, tout en utilisant les bons épinards en branches achetés chez Monsieur Picard. Au départ, je voulais faire une terrine de lentilles corail aux épinards, et puis après avoir fait cuire les dits épinards, je n'avais plus du tout envie de refaire cuire une casserole d'eau pour les lentilles, ni de faire cuire quoique ce soit d'autre sur les plaques. Je me suis alors interrogée sur la pertinence d'une pizza verte, mais l'homme ayant déjà trouvé saugrenu une base de tomate aillée dans ma dernière pizza, j'ai décidé de limiter les excentricités. La ricotta et les épinards, c'est un classique, je pense que je ne risque pas grand chose…

Pour la pâte:
  • 150 g de farine T65
  • 50 g de flocons d'avoine (petits)
  • sel, poivre
  • 2 c. à s. d'huile d'olive
  • 100 ml d'eau tiède
Mélanger la farine avec les flocons d'avoine, le sel et le poivre. Sabler la préparation avec l'huile et amalgamer le tout avec l'eau de sorte à obtenir une boule de pâte souple et homogène. Étaler et foncer un moule de 24 cm de diamètre.

Pour la garniture:
  • 450 g d'épinards cuits et égouttés
  • 250 g de ricotta
  • 4 c. à s. de parmesan râpé
  • sel, poivre
  • 2 oeufs
  • 200 g de mozzarella
Mixer les épinards avec la ricotta. Saler, poivrer, ajouter les oeufs et le parmesan et mixer à nouveau. Répartir cette préparation sur le fond de tarte après l'avoir piqué de quelques coups de fourchette. Mixer rapidement la mozzarella dans le mixer (c'est pour cela qu'elle est un peu verte, c'est joli, non?) et répartir uniformément sur la quiche. Cuire 40 minutes à 190 C°.

mardi 25 septembre 2007

Gâteau aimable, ou carrot cake super fondant…


"Mange tes carottes, ça rend aimable!"
Je veux bien les manger, mais seulement parce qu'elles sont en gâteau…
Non, ce n'est pas vrai, j'adore les carotte, aussi bien crues que cuites, entières, ou en purée. Pour tout dire, j'ai appris à les aimer pour un déguisement quand j'étais petite. Vous ne devinez pas en quoi je pouvais bien être déguisée qui nécessitait une carotte entière à croquer…? Un lapin, exactement, et je peux vous dire qu'il était vraiment super ce costume, et grâce à lui j'ai eu le droit pendant plusieurs jours de grignoter entre les repas, entre deux bonds bien sûr…
La recette originale se trouve dans "Un monde de douceur", mais je n'ai pas du tout obtenu la même texture. Mon gâteau de carotte est assez humide, très fondant, il est très bon…
  • 160 g de farine T65
  • 250 g de carottes râpées
  • 2 c. à s. de sirop d'agave
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 1 poignée de noisettes
  • une dizaine d'écorces d'oranges confites
  • 2 oeufs
  • 5 c. à s. de lait d'amande
Mélanger ensemble la farine et la levure, puis ajouter le sirop d'agave, les oeufs et le lait d'amande en suffisance pour obtenir une pâte homogène. Ajouter alors les carottes râpées finement, ainsi que les écorces d'oranges et les noisettes. Cuire 40 minutes à 180 C° dans un moule à cake chemisé.

Brioche à l'amande, fourrée au chocolat


Hum, damnation…
Cette brioche est tout simplement sublime, et elle ne présente que des avantages. D'une part elle est délicieuse, c'est un fait, mais elle est sans lait ni beurre, ce qui fait que c'est une gourmandise santé, mais elle est également assez légère et c'est là son troisième atout, rentrant alors dans les restrictions alimentaires que l'homme m'impose pour son régime. Bref, je vous conseille cette brioche de tout mon estomac…
  • 500 g de T65
  • 1 c. à s. de purée d'amande blanche
  • 1 sachet de levure briochin
  • 30 g de sucre
  • 1 c. à c. d'extrait d'amande amère
  • 1 oeuf
  • 160 g de lait d'amande
  • 100 g de compote pomme/châtaigne
  • de la pâte à tartiner au chocolat (marque Laura Todd)
  • des amandes effilées
Mélanger la farine avec le sucre et la levure. Au centre, ajouter la compote, l'oeuf et la purée d'amande. Diluer l'extrait d'amande amère dans le lait d'amande et pétrir en incorporant le liquide. Laisser lever 2 heures au chaud. Rompre la pâte et étaler en rectangle.
Répartir la pâte à tartiner sur la pâte et saupoudrer d'amandes effilées. Rouler en repliant les borts l'un contre l'autre, reformer de sorte à effacer toute différence de niveau et placer dans un moule à cake chemisé de papier cuisson. Laisser lever 45 minutes. Passer au pinceau un mélange de lait d'amande et de miel, puis cuire à 170 C° pendant 25 minutes.

lundi 24 septembre 2007

Willow, la suite…

En ce moment je fais du tri dans mon ordinateur, ce qui me permet de retrouver plein de fichiers que j'avais oublié.
Je ne vais pas vous mentir, Willow en voiture, je ne pouvais pas l'oublier parce qu'ayant été filmé avec le portable de l'homme, ce dernier le montre dans chacune de nos soirées mondaines…
Par contre celui-ci, je ne m'en rappelais plus. Ce film a été tourné lorsqu'on venait à peine d'emménager dans notre appartement avec l'homme, et la porte de notre cuisine ne fermant pas j'avais acheter une barrière de sécurité pour enfant afin que Willow ne puisse pas aller faire de bêtises en notre absence. Inutile de dire que la barrière n' a pas empêcher grand chose et ce jour là, Willow était donc retenu derrière la barrière pour qu'on puisse nettoyer ces dégâts…

video

Je la trouve amusante cette vidéo, on perçoit bien toute l'énergie de ma petite bête rousse…

dimanche 23 septembre 2007

Pain de confiture à la figue et aux noix, réédition pour Marie-Laure

Cette recette a déjà été publiée cet été, mais elle participe aujourd'hui au jeu organisé par Marie-Laure qui nous propose de réaliser des recettes parfaitement de saison, puisque la condition est tout simplement de travailler la figue et les noix. Ce pain de confiture se trouve donc parfaitement dans les règles…
Le pain de confiture, qui repose en fait sur le principe du pain d'épices, était donc parfait: peu d'ingrédients, rapide à faire, et la forme en cake paraît faite exprès pour les voyages.
Il s'agit toujours de la même recette, mais cette fois je l'ai expérimenté avec de la purée de figues. J'ai également enrichie ce cake de morceaux de figues séchées et de noix.

Pour un moule à cake
  • un pot de purée de figues (vitabio 290 g)
  • 250 g de T65
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 pincée de bicarbonate
  • 1 oeuf
  • 125 ml de lait
  • des figues en morceaux
  • une poignée de noix
Mélanger la farine avec la levure et le sel. Ajouter la purée de fruits, l'oeuf et le lait. Une fois le mélange homogène, incorporer les morceaux de figues et les noix. Cuire à 190 C° pendant 50 minutes.

Yaourts à la fleur d'oranger, ou comment retrouver le gâteau de son enfance…

La fleur d'oranger et moi c'est une grande histoire qui date depuis que j'ai à peu près 9 ans, âge auquel j'ai senti pour la première fois ce parfum délicieux, et c'était dans un gâteau au yaourt confectionné par la mère d'une camarade. Ma mère ne faisait pas de gâteau au yaourt ne se sentant pas la capacité d'égaler celui de ma grand-mère, qui pour une raison que j'ignore m'a transmis sa recette, mais ne m'en a jamais fait… Quoiqu'il en soit, à partir de cette époque pour moi, gâteau au yaourt et eau de fleur d'oranger ne faisaient qu'un. Ce n'est que bien plus tard que j'ai découvert que cette eau florale était un des ingrédients typiques des pâtisseries orientales, et également plus tard que j'ai su que le gâteau au yaourt, il n'y avait rien de plus bête et qu'il se déclinait à l'envie.
Pour en revenir à nos yaourts, ceux-ci sont donc pour moi un concentré de bonheur, et s'ils me rappellent à ce point le gâteau de mon enfance c'est sans doute parce que le dit gâteau était confectionné à base de yaourt, expliquant alors les saveurs familières qui se retrouvent ici dans un tout autre type de met.

Pour un retour en enfance:
  • 1 litre de lait écrémé (parce qu'on se surveille maintenant qu'on est une grande fille!)
  • 1 yaourt de brebis
  • 4 c. à s. d'eau de fleur d'oranger
  • 3 c. à s. de lait en poudre
Battre ensemble tous les ingrédients et répartir dans les huit pots de la yaourtière. Mettre en marche et laisser travailler la technologie pendant 10 heures avant de placer au frais au moins 4 heures.
Bon voyage…

vendredi 21 septembre 2007

Le boulou de Kippour


Cette recette est classée dans la rubrique traditionnelle, bien qu'il ne s'agisse d'un met traditionnel que pour l'homme. En effet, ce dessert plutôt costaud est originaire de Tunisie, de Sfax si je veux être plus précise, le lieu de naissance des grands parents paternels de l'homme. Si ce gâteau est si costaud, c'est tout simplement parce qu'il est consommé à la fin du jeûne de Kippour, il faut bien cela pour se remettre d'aplomb, ou bien se faire mal au ventre mais il ne s'agit là que de mon avis dans la mesure où je préfère y aller doucement pour rompre le jeûne, mais également parce que ce plat ne fait pas partie de mes traditions d'Europe de l'Est…
Le type de semoule utilisé change chez moi selon les années, mais je pense que la meilleure pour cette recette est une semoule de blé dur moyenne.
  • 375 g de semoule
  • 1 orange
  • 125 g de sucre
  • 75 g d'amandes entières + quelques unes pour la décoration
  • 50 g de pignons de pin
  • 1/2 c. à c. de bicarbonate
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à s. de fenouil en grains
  • 1 c. à s d'anis vert en poudre
  • 10 cl d'huile neutre
  • 25 cl d'eau
  • 125 g de raisins
  • 25 g de sésame complet + un peu pour saupoudrer
Prélever le zeste de l'orange avant d'en presser le jus. Hacher grossièrement les amandes et les pignons de pin à l'aide du robot à lame. Cette année, comme j'ai eu la chance d'acquérir mon Kenwood, j'ai donc pu l'utiliser ce qui m'a grandement facilité la tâche, parce que sinon je dois dire que la pâte est plutôt collante et assez lourde, donc il ne faut pas perdre patience… Mélanger la semoule avec le sucre, le sel, le bicarbonate, et le zeste de l'orange. Mélanger l'eau, l'huile et le jus d'orange, et verser en mélangeant à petite vitesse. Ajouter alors le sésame, les amandes et pignons concassés, les raisins, ainsi que le fenouil et l'anis. Malaxer bien la pâte avant de la verser dans un moule carré. Laisser reposer 30 minutes. Préchauffer le four à 180 C°. disposer quelques amandes entières sur le boulou et saupoudre de sésame. Enfourner pour 40 minutes.

Pendant ce temps, préparer un sirop de sucre (à 100 C°)
  • 75 g de sucre
  • 75 g d'eau
  • le jus d'un citron
Mélanger le sucre, l'eau et le jus de citron, puis porter à 100 C° sur feu doux.
A la fin de la cuisson du boulou, tracer des losanges au couteau, et arroser du sirop avant de remettre au four pour 15 minutes. Laisser refroidir et consommer idéalement après un repos d'une journée.
Je ne peux pas vous proposer de photo de l'intérieur du boulou, dans la mesure où celui-ci ne sera consommé que samedi soir après 20h34 pour les parisiens…

Pizza aux aubergines grillées


Cette pizza n'est en fait par très différente de la pizza grecque, sauf que je n'ai pas utilisé de féta de brebis comme fromage, mais de la mozzarella bien fondante. J'adore lorsqu'en coupant les parts de pizza grâce à ma super roulette et en attrapant une part pour la dévorer, il y a des fils de fromage qui filent et qui filent et qui filent… Bien, arrêtons là ces élucubrations, et passons aux choses sérieuses: la pizza!

J'ai fait une pâte différente de la dernière fois, où il s'agissait d'une pâte fine. Aujourd'hui, c'est une pâte épaisse, l'homme a d'ailleurs suggéré une garniture au fromage du tour de la pizza, vous savez comme chez P… hut. Mais, je ne suis pas un fast food moi!

Pour la pâte:
  • 200 g de farine
  • 32 g de levain liquide
  • 5 g de levure fraîche
  • 12 cl d'eau tiède
  • 1 c. à c. de sel
  • 2 c. à s. d'huile d'olive douce
Dissoudre la levure dans un peu d'eau et laisser reposer le temps de préparer les autres ingrédients. Mélanger la farine avec le sel, et disposer le levain au centre de la masse. Ajouter l'huile d'olive et la levure délayée en pétrissant doucement. Ajouter le reste de l'eau et lorsque la pâte est bien souple, laisser lever au chaud 1h30. Pendant ce temps, préparer la garniture.

Pour la garniture:
  • 1 aubergine
  • du coulis de tomate
  • 1 gousse d'ail écrasée
  • de la mozzarella râpée
  • du tofu au basilic râpé
  • sel, poivre
Trancher l'aubergine en rondelles et passer un peu d'huile au pinceau. Faire griller les tranche d'aubergine au grill et réserver. Écraser la gousse d'ail et mélanger avec le coulis de tomate. Étaler la pâte à pizza en un grand disque de 26 cm de diamètre. Répartir le coulis aillé en préservant 1 cm de bord. Saupoudre de tofu râpé et disposer par dessus les tranches d'aubergines grillées. Enfin, répartir la mozzarella et donner quelques spray d'huile d'olive.
Cuire dans le four préchauffer 20 minutes à 240 C°.
Avec une bonne salade assaisonnée d'une vinaigrette au vinaigre balsamique, hum…

jeudi 20 septembre 2007

Latkes de pommes de terre

Les latkes sont des galettes de pommes de terre originaires des juifs d'Europe de l'Est. Il en existe plusieurs types incluant ou non du fromage blanc, ou des blancs d'oeufs battus en neige, allégeant alors la préparation.

Pour 4 personnes
  • 3 pommes de terre
  • 2 oignons râpés
  • 4 c. à s. de farine de matsot (pain azyme moulu)
  • 1 c. à c. de levure chimique
  • 2 oeufs
  • 1/2 c. à c. de sucre
  • 1 c. à c. de sel
  • poivre
  • huile pour la cuisson
Râper les pommes de terre épluchées finement (pour une consistance plus moelleuse). Placer les pommes de terre dans une passoire et les presser pour en extraire le jus. Mélanger les pommes de terre aux autres ingrédients et laisser reposer 30 minutes. Faire chauffer de l'huile dans une poêle et former à l'aide de 2 cuillers à soupe des galette avec la préparation aux pommes de terre. Retourner à mi-cuisson. Réserver les latkes sur du papier absorbant.

Celui par qui le blog est venu

Il est en fait abusif de dire que c'est mon chien qui m'a poussé à créer ce blog, puisque c'est l'homme qui a insisté face à mon excitation lors de ma première visite chez G. Detou. Il a pensé, à juste titre, que je devrais pouvoir partager ça avec des gens intéressés, en clair pas lui… A l'époque, la question du titre nous a occupé un bon moment, mais c'est une fois encore l'homme qui a proposé d'utiliser le nom du chien: Willow! Le blog était né.
Depuis, Willow est allé vivre ailleurs, chez mes parents, dans la mesure où la vie en appartement et la cohabitation devenaient trop difficiles, pour preuve cette vidéo de mon chien en voiture.
Imaginez moi dans ma petite twingo première génération en train de faire un créneau avec trois livreurs derrière qui klaxonnent et Willow qui hurle…! Maintenant, au moins il peut aboyer à tue tête!


video

mercredi 19 septembre 2007

Gâteau au yaourt sans huile aux pommes, amandes et raisins

Lorsque j'ai subrepticement fait manger du gâteau au tofu à l'homme, celui-ci m'a dit "ah, super, tu ne fais pas souvent des gâteaux comme ça, classiques!". Bien sûr c'était avant de lui révéler que le gâteau classique qu'il dégustait ne l'était pas tant que ça… Mais j'ai bien perçus le reproche, et je me suis pliée à ses exigences tues depuis fort longtemps en faisant un bête gâteau au yaourt, sans ingrédients bizarres. J'ai par contre décidé d'alléger la charge calorique du dit gâteau, parce que l'hiver approchant, l'homme prend un peu d'en bon point, il faut faire un peu attention…
  • 1 pot de yaourt nature
  • 2 pots de farine
  • 1 pot de sucre complet blond
  • 3 oeufs
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 pot d'amandes en poudre
  • 1 pot de crème liquide allégée
  • 2 poignée de raisins blonds
  • 1 pomme
  • 1 bouchon de rhum brun
  • 2 poignées d'amandes effilées
Battre le yaourt avec les oeufs, puis ajouter le sucre, la farine, les amandes en poudre et la levure. En dernier lieu, verser le pot de crème et le rhum. Mélanger bien en incorporant la pomme coupée en dès et les raisins. Verser la pâte dans un moule à manquer chemisé de papier sulfurisé et saupoudrer d'amandes effilées. Cuire 30 /40 minutes à 180 C°.

La texture n'est pas exactement celle d'un gâteau au yaourt classique, elle est un peu plus humide et élastique, mais j'espère que l'homme sera satisfait…?

mardi 18 septembre 2007

Yaourts figues et noix pour Marie-Laure


Après les yaourts à la framboise, j'avais décidé de faire des yaourts à la figue. Mais le jeu de Marie-Laure et les recettes succulentes qui défilent en ce moment sur blog appétit m'ont convaincu d'ajouter des noix à mes yaourts. Cette idée est vraiment délicieuse, au petit déjeuner par exemple avec un bon thé et quelques céréales, il n'y a rien de mieux pour partir du bon pied.

  • 1 pot de yaourt nature
  • 1 litre de lait écrémé
  • 3 c. à s. de lait en poudre
  • 6 figues fraîches
  • 3 cerneaux de noix grossièrement hachés par pot

Laver et couper les figues en huit. Répartir trois morceaux de figues dans les pots de yaourts, ainsi que les noix. Mélanger le lait, le yaourt, le lait en poudre et le reste des figues puis mixer. Verser ce mélange dans les pots et placer en yaourtière 10 heures. Réfrigérer 4 heures avant de déguster.

Cocotte de légumes au safran


L'idée de la recette me vient du livre Légumes bio de Valérie Cupillard, et le safran me vient de mes voisins. En somme cette cocotte est un concentré de savoir faire et de gentillesse. Le livre de Valérie Cupillard est particulièrement intéressant et il occupe chez moi la place de "bible des légumes" dans la mesure ou lorsque je suis en panne d'inspiration ou que je suis face à un légume dont j'ignore le mode de préparation, il me suffit de m'y référer, les légumes étant classés par ordre alphabétique…
  • 1 grosse carotte (300 g)
  • 1 panais
  • 1 navet
  • 1 boule de céleri
  • du safran
  • un demi cube de bouillon de légumes bio
Pour faire cette cocotte je n'y suis pas allée par quatre chemins, étant déjà fort épuisée de ma journée, l'épluchage des légumes m'ayant achevé et pratiquement arraché un doigt (non, non, je n'exagère jamais!). J'ai donc mis en oeuvre les grands moyens, et j'ai réalisé une cocotte de légumes taillés très petits, comme pour un minestrone, comprenez que j'ai passé mes légumes épluchés (presque encore ensanglantés…) dans le mixer à lame pour les hacher menu. Ensuite, j'ai déposé mon hachis de légumes dans ma cocotte en fonte, j'ai couvert d'eau et j'ai allumé le feu. J'ai alors ajouté le safran et le bouillon avant de couvrir et de laisser mijoter après le début de l'ébullition pendant 15/20 minutes. Pour les gros appétits, j'ai servi cette cocotte avec un peu de boulgour, toujours façon minestrone cette affaire, si on y réfléchit bien…

Pain au son et aux graines de courge


Dans mon entourage, quand il question de courges dans une conversation, la phrase "c'est Nathalie qui fait la courge" revient souvent, je ne sais vraiment pas pourquoi… Quoiqu'il en soit, aujourd'hui je ne fait pas la courge, mais je m'occupe de ses pépins, le tout dans un savoureux pain santé au son qui m'a donné du fil à retordre. En effet, je n'ai jamais réussi lors du premier pétrissage à obtenir une consistance non collante, et souple, bien au contraire. Ma pâte était collante et pas souple du tout, voir même plutôt lourde. En désespoir de cause, je me suis dit que j'allais quand même prendre la peine de la faire lever, pour voir. Et bien, ça a marché, pour la suite j'ai procédé comme à l'habitude…

  • 200 g de farine de seigle T130
  • 250 g de farine T65
  • 40 g de son de blé
  • 2 poignées de graines de courge
  • 150 g de levain liquide
  • 5 g de levure fraîche
  • 10 + 17 cl d'eau tiède
  • 2 c. à c. de sel
  • 50 à 60 g de T65 que j'ai dû rajouter
Diluer la levure dans 10 cl d'eau tiède. Mélanger les farines, le son et le sel, puis placer le levain et la levure diluée au centre. Pétrir en incorporant le reste du liquide (ainsi que de la farine si besoin). Ajouter les graines de courge (c'est moi) et laisser lever 2 heures. Former une boule, inciser la pâte et placer 1 heure au chaud dans une cocotte en fonte. Couvrir du couvercle et cuire en partant à froid à 240 C° pendant 30 minutes. Découvrir le pain, donner le coup de buée et poursuivre la cuisson 15 minutes à 220 C°.

Pour un pain que je pensais raté, il est plutôt pas mal, je dirais même que son côté rustique dû au façonnage difficile lui donne du charme, mais surtout il a une agréable saveur…

Fournisseur de recettes

J'ai depuis cet après midi une nouvelle source d'inspiration pour mes recettes, si tant est que j'en ai eu besoin… Ces idées me viennent de mon panier de légumes. J'imagine déjà les sourcils se froncer devant les écrans d'ordinateurs… J'ai décidé de commander des paniers de légumes à des primeurs régionaux respectueux d'une agriculture raisonnée, les dits paniers étant à retirer dans un point relais situé près de chez moi.
Aujourd'hui était donc ma première fois, et je dois dire que j'aime beaucoup!
Cette semaine j'ai reçu:
  • des carottes
  • des poireaux
  • un panais
  • du céleri
  • des fraises
  • des tomates cerises rouges et jaunes
  • des pommes de terre
  • des oignons
  • des navets
  • une grosse salade

Je sais déjà ce que je vais faire de tout cela, mais au cas où, Monsieur primeur me fournit des recettes pour cuisiner les légumes de la semaine…

Mousse au chocolat à la menthe, sans oeufs ni crème


Voici la réponse à la question posée ici!
Avec les 100 g de tofu soyeux restant de mon gâteau aux pommes, j'ai réalisé la célébrissime mousse au chocolat de Valérie Cupillard sans oeufs, ni crème. Le chocolat à ma disposition était celui réservé à l'homme (puisque je ne suis pour ma part pas une fanatique de chocolat) c'est à dire à la menthe. Voici donc comment j'ai sublimé un reste de tofu en un dessert très simple, et très sain…
  • 100 g de tofu soyeux
  • 50 g de chocolat noir à la menthe
  • 2 c. à s. de lait d'amande
Faire fondre le chocolat dans le lait d'amande sur feu doux. Dès que le chocolat commence à fondre, ôter la casserole du feu et mélanger pour que la chaleur se répartisse et finisse de faire fondre le chocolat sans le brûler. Placer le tofu soyeux et le chocolat fondu dans un blender, et mixer longtemps, pour que le mélange devienne mousseux. Verser dans un récipient, couvrir et garder au frais une journée.

Le smoothie petit déjeuner

Attention, attention!!! Un changement fondamental est en train de se faire à la table de mon petit déjeuner… Depuis des années, mon petit déjeuner ne connaît que peu de variations se résumant à une alternance entre galettes de riz et waza, ou bien des changement de céréales et de confiture, sinon, il est resté le même
Ce matin, j'ai eu envie d'autre chose, et je me suis inspirée de deux types de préparations assez différents en soit, mais qui se sont trouvés être parfaitement complémentaire dans mon bol, j'ai nommé le smoothie et la crème budwig.
  • 1 yaourt (maison c'est mieux)
  • 1 banane
  • 1 pomme
  • 2 c. à s. de figues séchées en morceaux
  • 2 c. à s. d'amandes non décortiquées
  • 2 c. à s. de céréales complètes
Passer le yaourt et la banane au blender. Verser ce smoothie dans un bol et mélanger avec la pomme lavée, épluchée et coupée en morceaux. Saupoudrer de figues séchées, de céréales et d'amandes.
Mélanger une dernière fois et déguster avec un bon thé chaud.

Je pense essayer avec des flocons de quinoa demain… On peux aussi remplacer les figues par des abricots, les amandes par des noix, les variantes sont nombreuses, et pour les becs sucrés on doit pouvoir ajouter une c. à c. de miel.
J'ai seulement complété ce bol d'énergie d'un jus d'oranges pressées, d'un thé et d'une tranche de pain complet.

lundi 17 septembre 2007

Gâteau aux pommes, sans lait, ni oeufs

Un gâteau sans lait ni oeufs, et d'ailleurs si on y réfléchi bien, presque sans matières grasses, puisque'il n'y a a que peu et qu' il ne s'agit que de bons acides gras polyinsaturés… Comment est ce donc possible me demanderez vous? Tout simplement grâce à un de mes ingrédients favoris, j'ai nommé le tofu soyeux. Sa neutralité de goût lui permet d'être utilisé aussi bien pour des préparations salées que sucrées, et il a un apport calorique quasi nul. Il permet agréablement de remplacer les oeufs dans toutes sortes de préparations, ce qui en fait l'ami des végétaliens.
  • 300 g de tofu soyeux
  • 200 g de T65
  • 60 g d'amandes en poudre
  • 1 sachet de levure chimique
  • 2 c. à c. de purée d'amandes complète
  • 100 g de sucre complet blond
  • 2 pommes reinettes
  • 3 c. à s. de lait d'amande
Mixer le tofu soyeux, puis le mélanger aux autres ingrédients à l'exception des pommes. La pâte étant assez épaisse, liquéfier celle-ci avec un peu de lait d'amande. Laver, éplucher et couper les pommes en morceaux. Répartir ceux-ci dans un moule de 24 cm de diamètre chemisé, et verser la préparation au tofu. Cuire 30 minutes à 180 C°.
Un conseil: ne dite pas à votre cher et tendre tout de suite de quoi est constitué le gâteau, ainsi il ne fera pas la grimace, du moins pas avant d'en avoir mangé, mais seulement après l'avoir trouvé très bon…
Les tofu que j'achète est conditionné en paquet de 400 g, devinerez-vous ce que j'ai fait avec les 100 g restant…?

Terrine de fleurettes

Voici une terrine verte, réalisée avec un trio de fleurettes. Ce trio est constitué d'un mélange savamment confectionné par monsieur Picard qui a réuni des bouquets de choux fleur, de brocolis et de choux romanesco.
  • 600 g de trio de fleurettes
  • 1 oeuf (le mien étant très gros, je conseille 2 en temps ordinaire)
  • 4 c. à s. de flocons de quinoa
  • sel, poivre
Cuire les fleurettes à la vapeur. Mélanger à l'aide d'un mixer à lame les choux cuits avec les flocons de quinoa et les oeufs. Assaisonner et verser la préparation dans un moule à cake chemisé de papier cuisson. Cuire à 180/200 C° pendant 30 minutes.
Pour la dégustation, c'est suivant l'envie du moment, on peut aussi bien consommer cette terrine chaude, tiède ou froide, accompagnée par exemple d'un coulis de tomate qui viendra trancher avec la couleur de la terrine.

vendredi 14 septembre 2007

Yaourts à la framboise


Faire des yaourts est décidément une chose très simple et les idées viennent très rapidement dès lors que l'on se promène dans les allées du marché encore remplit des jolies couleurs rouges de l'été mêlées à celles déjà présentes de l'automne. C'est ainsi que j'ai eu l'envie de faire des yaourts à la framboise, mais également à la figue, dont la recette suivra…

Pour 7 pots (le huitième restant nature):
  • 1 litre de lait écrémé bio
  • 3 c. à s. de lait en poudre écrémé bio
  • 1 barquette de framboises (125 g)
  • 1 yaourt de brebis
Mélanger le lait, le yaourt et le lait en poudre. Verser cette préparation dans un des pots avant de mélanger aux framboises. Pour les 7 pots restants, j'ai partagé la production en deux types de yaourts: ceux avec des morceaux et les mixés. Répartir la moitié des framboises dans 4 pots et verser le mélange lait/yaourt. Mixer ensuite le mélange restant avec la seconde moitié des framboises et mettre en pot. Laisser en yaourtière 10 heures avant de réfrigérer 4 heures.

Pain à la châtaigne et aux noisettes

Ce pain est un concentré d'automne, il est doux et les parfums de la châtaigne et de la noisette se marient vraiment bien…
  • 400 g de T65
  • 100 g de farine de châtaigne
  • 2 c. à c. de sel
  • 2 g de levure fraîche
  • 100 g de levain liquide
  • 2 bonnes poignées de noisettes entières
  • 10 cl +17 cl d'eau tiède
  • 1 c. à c. de miel de châtaigner

Dissoudre la levure et le miel dans 10 cl d'eau et laisser reposer quelques minutes. Mélanger les farines au sel, et au centre placer le levain ainsi que la levure diluée. Pétrir en incorporant le reste d'eau. Lorsque la pâte a une consistance souple et non collante, ajouter les noisettes. Laisser lever 2 heures au chaud. Rompre la pâte et placer en boule dans une cocotte en fonte chemisée de papier sulfurisé. Donner quelques coup de lame sur le dessus du pain, couvrir et laisser lever 2 heures. Enfourner à froid à 240 C° pendant 30 minutes. Au bout de ce temps, découvrir la cocotte, baisser la température à 220 C° et poursuivre la cuisson 15 minutes.

mercredi 12 septembre 2007

Salade acidulée et colorée à la betterave


J'ai réalisé cette salade pour un repas de famille, mais celle-ci constitue également ma participation à la semaine de la betterave pour Lavande. L'idée de cuisiner (c'est un bien grand mot) de la betterave crue m'est venue grâce à Valérie Cupillard et son ouvrage Tout cru. Pour jouer sur les notes de sucré dans une salade salée, j'ai associé à la betterave la carotte (toutes deux utilisées dans certains desserts) et la pomme, mais cette dernière de variété granny smith apportant ainsi une touche d'acidité qui vient relever cette salade en fait toute simple.
  • 2 betterave moyennes crues
  • 2 carottes
  • 1 pomme granny smith
  • 2 c. à s. de vinaigre de cidre
  • 1 c. à c. de moutarde à l'ancienne
  • 2 c. à s. d'huile de noisette
  • sel, poivre
Éplucher et râper les betteraves, ainsi que les carottes et la pomme. Mélanger dans un saladier et réserver. Mélanger à l'aide d'une fourchette le vinaigre, la moutarde, l'huile ainsi que l'assaisonnement. Ajouter la vinaigrette aux légumes et fruits râpés. Déguster sans attendre…

mardi 11 septembre 2007

Un nouveau produit chouchou

Pour une fois, je ne vais pas vous parler de cuisine, mais de lessive… Après des mois et des mois d'hésitation au magasin bio devant les noix de lavage, j'ai décidé de me lancer dans l'expérience, en me disant qu'ainsi je me coucherais moins bête qu'en me levant.
C'est extraordinaire! Ça lave vraiment bien, et je peux même vous dire que ça mousse (oui, je sais, il y a sans doute des choses plus passionnantes à faire que regarder le linge tourner…)
Avec quelques goûtes d'huile essentielle, le linge est agréablement parfumé. Je ne peux que conseiller de parfumer un peu la lessive, parce que par contre les noix de lavage en elles mêmes n'ont pas une odeur très agréable.
Pour un linge très sale, il suffit d'ajouter un peu de bicarbonate dans le bac prévu pour la lessive.
Les noix de lavage sont efficaces à 40 et 60 C°, pour les lessives à 30 C°, j'utilise une lessive verte. Inutile de dire les économies que ces noix représentent, en plus de leur impact écologique nul.
Bref, acheter des noix de lavage, ça marche!


Pâté de foies hachés


Cette recette est une recette traditionnelle ashkénaze, c'est à dire héritée des juifs d'Europe de l'Est. Le secret réside dans le fait de faire griller les foies de volaille, ce qui est à l'origine une nécessité d'ordre religieux, mais c'est cela qui confère son goût particulier à cette préparation. Ce pâté se déguste avec des cornichons aigre/doux: des malossol, et du pain noir appelé pumpernickel.
  • 500 g de foies de poulet
  • 2 oeufs durs
  • 1 gros oignon
  • de la ciboule (ici remplacée par de la ciboulette)
  • sel, poivre
  • huile de colza
Émincer les oignons, et faire revenir les deux tiers dans un peu d'huile. Laisser caraméliser un peu et réserver avec les oignons crus. Faire griller les foies sur un grill, ce qui a pour but de faire remonter le sang, il faut donc saisir vivement mais rapidement les foies de chaque côté. Rincer les foies (toujours pour ôter toute trace de sang), puis les placer dans une casserole. Couvrir d'eau, porter à ébullition et laisser cuire à feu moyen 10/15 minutes.
Placer les oeufs écalés, les oignons crus et cuits, du sel, du poivre et un peu de ciboulette hachée dans le bol du mixer. Égoutter les foies, puis les ajouter aux autres ingrédients. Donner quelques coups de mixer, pas trop longtemps pour que la préparation soit juste hachée, mais pas vraiment lisse. Placer dans un ramequin et garder au frais jusqu'à dégustation.

Strudel Hongrois aux pommes et aux amandes sans lait


Il y a différentes sortes de strudels, ceux-ci ne se présentant pas de la même façon, et n'incorporant pas toujours les mêmes ingrédients. Ce qui détermine ces éléments c'est la nationalité du strudel, il peut être hongrois, polonais, viennois, roumain, et peut être qu'il en existe d'autres… Pour découvrir quelques variété de strudels, je vous invite à aller faire un tour rue des Rosiers à Paris à La Boutique Jaune, chez Sacha Finkelsztajn, où l'on peut aussi déguster d'autres délices, raison pour laquelle, je refuse de me porter caution quant l'état de votre glycémie en sortant…
J'ai déjà réalisé des strudels, dont une recette se trouve sur ce blog, mais j'ai décidé de faire aujourd'hui un strudel brioché, le tout sans lait, ni beurre.

Pour 2 strudels hongrois (roulés): la pâte
  • 500 g de farine
  • 1 sachet de levure briochin
  • 30 g de sucre complet blond
  • 1 oeuf
  • 1 compote pomme/coing (100 g)
  • 1 c. à s. de purée d'amandes blanche
  • 150 g de lait d'amandes
Mélanger la farine avec le sucre, et la levure. Ajouter l'oeuf, la compote et la purée d'amandes. Pétrir en incorporant progressivement le lait d'amandes tiédi. Lorsque la pâte est souple et homogène, laisser reposer à couvert pendant 2 heures. Au bout de ce temps, rompre la pâte et séparer la en deux parts égales. Étaler chacune des parts en rectangle, et répartir au centre la garniture aux pommes. Rouler en soudant bien les extrémités. Laisser reposer une vingtaine de minutes, en faisant préchauffer le four. Dorer avec un peu de lait d'amandes sucré au miel et cuire 20/25 minutes dans un four préchauffé à 170 C°.

Pour la garniture:
  • 800 g de pommes
  • 2 poignées d'amandes effilées
  • 2 poignées de raisons secs
  • 2 c. à s. de sucre complet brun
Laver et éplucher les pommes. Râper la moitié des pommes sur une râpe à gros trous, puis trancher en fines lamelles l'autre moitié. Mélanger les pommes avec le sucre, les raisons et les amandes.

lundi 10 septembre 2007

Pain multi-farines aux raisins et au levain liquide


Au départ, je voulais tout simplement faire un pain de seigle aux raisins, mais voilà, je manquait de farine de seigle… J'ai donc ajouter la fin d'un paquet de farine complète, et ne voulant pas compléter uniquement avec de la T65, j'ai ajouté un peu de farine de Kamut, ce qui permet d'adoucir la pâte de façon délicieuse.

  • 120 g de farine de seigle T130
  • 150 de T110
  • 40 g de farine de Kamut
  • 190 g de T65
  • 150 g de levain liquide
  • 5 g de levure fraîche
  • 2 c. à c. de sel
  • 10 cl + 26 cl d'eau tiède
  • 3 poignées de raisins secs

Diluer la levure dans 10 cl d'eau tiède et laisser reposer jusqu'à fermentation. Mélanger les farines avec le sel, et placer le levain au centre avec la levure diluée. Pétrir en incorporant progressivement l'eau. Il faut que la pâte soit non collante, mais souple. Ajouter alors les raisins et pétrir pour bien les répartir. Laisser lever 2 heures au chaud et à couvert. Rompre la pâte et former une boule régulière. Placer celle-ci dans une cocotte en fonte chemisée de papier sulfurisé, faire des grignes. Couvrir et laisser lever 1h30. Humidifier le pain et saupoudrer de farine. Enfourner à 240 C°, départ à froid avec le couvercle de la cocotte. Au bout de 30 minutes, découvrir le pain, baisser la température à 220 C° et poursuivre la cuisson 15 minutes.

Riz au lait à la fève tonka

D'habitude je réalise mon riz au lait au four, avec moitié lait de vache et moitié lait de coco. J'avais dans l'idée de faire à peu près la même chose, mais avec une cuisson à la casserole. Cependant, je manquait de lait de coco, j'ai donc aromatisé différemment ce riz au lait très crémeux. L'ingrédient secret c'est la fève tonka, qui apporte une saveur très subtile qui ne dénature pas le riz au lait, tout en le réactualisant…

  • 100 g de riz rond
  • 200 ml de lait de coco
  • 800 ml de lait écrémé
  • 2 c. à s. de sucre complet
  • 1 c. à c. de sucre vanillé
  • 1 fève tonka râpée
Verser le riz dans une casserole d'eau froide et porter à ébullition, maintenir 2 minutes. Faire chauffer le lait avec la fève tonka, lorsqu'il bout, ajouter le riz égoutté et le sucre. Faire reprendre l'ébullition et laisser mijoter 1h/1h30. Répartir dans des ramequins adaptés et consommer chaud, tiède ou froid, mais plutôt à température ambiante.
Ce riz au lait me donne encore une nouvelle idée pour mes yaourts…

dimanche 9 septembre 2007

Gâteau au yaourt marbré


Le gâteau marbré est entre tous le gâteau préféré de l'homme. Comme ce dernier a décidé de quitter le nid pour quelques jours, je me suis dit qu'un peu de réconfort avant de partir lui ferait le plus grand bien, et même mieux, que cela lui ferait un peu regretter le fait de me laisser seule dans l'automne parisien…

  • 1 pot de yaourt
  • 200 g de farine
  • 3 oeufs
  • 90 g de sucre complet
  • 1 sachet de levure chimique
  • 2 c. à s. de van houten
  • 2 c. à s. d'huile de noisette

Mélanger le yaourt avec les oeufs et ajouter successivement le sucre et la farine mélangée à la levure. Ajouter l'huile et séparer la pâte en deux parts égales. Mettre le cacao dans l'une des parts, mélanger bien. Déposer une cuillerée à soupe alternativement de chaque pâte dans un moule à cake chemisé de papier sulfurisé. Cuire 30 minutes à 190 C°.
Comme les marbrures obtenues avec cette méthode sont très fines, les marbrures n'est pas très franc, il est sans doute préférable de répartir les couches en plus grandes quantités pour un moule à cake.

vendredi 7 septembre 2007

Tajine de poulet au citron confit et aux pommes


Encore du poulet avec des pommes me direz vous!? En fait la raison à cet état de fait est très simple, je suis une grande mangeuse de pommes, et s'il est vrai que me passer de pain m'est difficile, je pense que me passer de pomme m'est impossible. Tant est si bien, que bien qu'ayant été bien élevée par mes parents, même si un dessert a été servi et que j'ai consommé celui-ci, je demanderais toujours à mon hôte si je peux manger une pomme, ceci se vérifiant également lorsque je reçoit; en fait j'ai du mal à finir un repas sans ma pomme.
Concernant l'association du poulet avec la pomme, la raison est elle aussi très simple, je n'achète en général que du poulet, à moins d'avoir une réalisation prévue car le poulet trouve toujours un accommodement quelconque. Ici, il s'agit de pommes, puisque c'est un produit présent chez moi en permanence.
  • 4 hauts de cuisses de poulet fermier
  • 1 gros oignon blanc
  • 2 . à c. d'épices à couscous (cannelle, cumin, cardamome, muscade, paprika…)
  • sel, poivre
  • 1 pomme
  • 1 pincée de safran
  • 1 citron confit au sel
Faire revenir les oignons émincés dans un peu d'huile de colza. Ajouter les morceaux de poulet salés et poivrés, et disposer les côté peau afin de les saisir et que la poêle soit naturellement huilée sans avoir à ajouter plus de matière grasse. Lorsque le poulet est bien doré, retourner le, puis saupoudrer d'épices. Couvrir d'eau, ajouter le citron confit en dès et la pomme également en dès. Couvrir, baisser le feu et laisser mijoter 45 minutes. Découvrir et augmenter le feu afin de faire réduire le jus de cuisson.
J'ai servi ce plat avec du boulgour au trois céréales (blé dur complet, orge mondé, avoine).

Clafoutis automnal


Après le gratin, voici le clafoutis de saison, ben oui il faut bien finir un repas sur une note sucrée, mais néanmoins légère. Ce clafoutis répond à merveille à différents critères d'ordre nutritionnel et diététique. Tout d'abord, il a un indice glycémique plutôt moyen, puisqu'il ne contient pas de farine de blé, mais de la farine de châtaigne, donc pas de gluten non plus. De plus, il contient également des amandes qui regorgent de très bonnes choses. Ce clafoutis est de saison, puisqu'il est aux mirabelles fruit de fin d'été et de début d'automne. Étant composé de si bons ingrédients il ne faudrait surtout pas se priver de cette petite gourmandise très saine.
  • une barquette de mirabelles
  • 40 g de farine de châtaigne
  • 25 g d'amandes en poudre
  • 2 oeufs
  • 1 yaourt nature
  • 250 ml de lait
  • 30 g de sucre complet blond
Mélanger le lait et le yaourt, ajouter les oeufs, puis la farine et les amandes en poudre. Mélanger bien pour ne pas avoir de grumeaux, puis ajouter le sucre. Dénoyauter les mirabelles, et disposer les dans un plat. Recouvrir les fruits de l'appareil et enfourner à 210 C° pendant 40 minutes. Laisser refroidir avant de couper.

Tarte à tout


Je ne savais pas comment inventer un titre pour cette tarte totalement improvisée dans laquelle j'ai mis tout ce qui me passait par la tête et qui pouvait se trouver dans mon frigo. De plus, si je devais faire un titre descriptif des ingrédients composant cette tarte, le titre serait vraiment très long, alors pour faire court voici la tarte à tout, comprenez tout ce dont mon frigo regorgeait.

Pour la pâte:
  • 100 g de farine
  • 50 g de flocons d'avoine
  • 2 c. à s. d'huile de sésame
  • se l'eau en suffisance pour former une boule
Mélanger la farine et les flocons d'avoine. Sabler avec l'huile et ajouter suffisamment d'eau de sorte à former une boule de pâte souple et homogène. Foncer un moule à tarte de cette pâte et piquer le fond.

Pour la garniture:
  • 500 g d'oignons blancs
  • 100 g de tofu à la moutarde
  • 100 g de mozarella
  • 1 oeuf
  • 10 cl de crème de soja
  • un peu de potiron cuit à la vapeur
  • 1 c. à s. de vinaigre balsamique
Émincer les oignons et les faire revenir dans une poêle légèrement huilée. Lorsqu'ils commencent à blondir, déglacer avec le vinaigre balsamique, ce qui va les faire confire, puis réserver.
Râper le tofu et mettre de côté.
Râper la mozarella et réserver.
Battre l'oeuf avec la crème de soja, saler, poivrer. Répartir les oignons sur la pâte, puis le tofu râpé et le potimarron. Verser l'appareil à la crème de soja, puis répartir la mozarella. Comme il me restait un peu de pâte, j'ai fait quelques croisillons sur la tarte. Donner quelques spray d'huile d'olive et enfourner 25 minutes à 200 C°.

Biscottis aux amandes


Après les biscottis à la noisette, voici une version un peu plus traditionnelle aux amandes, mais effilées, et toujours sur la même base de blancs d'oeufs. J'aime beaucoup cette recette, parce que j'obtiens de très jolis biscuits, le résultat est bien meilleur qu'avec d'autres recettes testées, et de plus je n'y sens pas le goût parfois trop présent de l'oeuf.

Pour une vingtaine de biscottis:
  • 3 blancs d'oeufs
  • 60 g de sucre complet blond
  • 1 pincée de sel
  • 110 g de farine (T65)
  • 110 g d'amandes effilées
  • 1 c. à c. d'écorces d'oranges hachées
Battre les blancs avec la pincée de sel, quand ils commencent à monter, ajouter progressivement le sucre. Avec le batteur feuille sur vitesse minimum, ou avec une maryse, incorporer progressivement la farine mélangée aux amandes et à l'écorce d'orange. Répartir la pâte sur du papier sulfurisé de sorte à obtenir un long rectangle. Cuire 20 minutes à 190 C°. Laisser refroidir et emballer dans du papier aluminium jusqu'au lendemain.
Chauffer le four à 150 C°, et couper le boudin de pâte cuit en fines tranches. Disposer les biscottis sur la plaque du four et enfourner pour 15 minutes, en retournant à mi-cuisson.

jeudi 6 septembre 2007

Yaourts à la chicorée

Un bon café au lait le matin, il faut reconnaître que c'est très bon. Malheureusement, c'est un plaisir dont je ne profite qu'en vacances, le plus souvent parce que c'est le meilleur moyen d'échapper au thé lipton yellow pour ne citer que lui. En temps normal, je prends du thé vert au réveil, et du thé encore le reste de la journée. J'ai de la chicorée à la maison pour les cas d'extrême urgence, lorsque je suis malade par exemple, et que des madeleines trempées dans un substitut de café au lait sont la seule chose capable de me réconforter, puisque je préfère éviter le café, surtout s'il n'est pas excellent.
Bref, tout ça pour dire que ces yaourts ont le mérite de me rappeler les vacances, et les doux moments de ma jeunesse éloignée… (pas si éloignée que ça en fait, faut pas exagérer!).
  • 2 c. à s. de chicorée
  • 1 litre de lait bio
  • 3 c. à s. de lait en poudre écrémé
  • 1 yaourt de ma précédente tournée
Battre le lait, le yaourt et le lait en poudre, et verser le contenu dans un seul pot de yaourt, afin de pouvoir le réutiliser pour d'autres fournées. Ajouter la chicorée et mélanger à nouveau. Répartir dans les 7 pots restants, et placer en yaourtières 10 heures. Réfrigérer 4 heures au moins avant de déguster.

Soupe de potimarron au miso


La gratin automnal avait utilisé la moitié de mon potimarron, voici ce que j'ai fait avec la seconde moitié: une soupe.
Au départ, j'avais fait cuire mon potimarron à la vapeur, et c'est ensuite que je l'ai séparé en deux parties. Afin de faire une soupe de la partie non utilisée, j'ai réalisé un bouillon avec du miso, et j'ai simplement mixé le tout.
  • 1/2 potimarron cuit à la vapeur
  • 1 c. à c. de miso de riz
  • 1/4 de litre d'eau bouillante
Diluer le miso dans l'eau bouillante. Mixer le potimarron avec un peu de bouillon au miso, et rajouter du liquide selon la consistance. Servir bien chaud.

mercredi 5 septembre 2007

Gratin automnal au sésame

Le potimarron est un symbole fort de l'automne, tout comme la châtaigne, et ils se marient d'ailleurs très bien. Mais ce n'est pourtant pas de cette association que je veux vous parler, mais de celle du potimarron et de l'huile de sésame. Grâce à Valérie Cupillard, Cléa, et d'autres, nous connaissons maintenant très bien les béchamels végétales. Celle-ci a donc été réalisée avec de l'huile de sésame, apportant une note d'exotisme au potimarron.

Voici le gratin avant cuisson
  • 1 c. à s. d'huile de sésame
  • 1 c. à s. de farine
  • du lait (à peu près 200 ml)
  • sel, poivre
  • 1/2 potimarron cuit à la vapeur
  • un peu de fromage râpé
Faire chauffer l'huile de sésame dans une casserole, puis ajouter la farine en pluie. Lorsque la farine a bien absorbé l'huile, verser le lait en remuant pour ne pas faire de grumeaux. Laisser épaissir, et ôter du feu. Saler et poivrer. Huiler un plat à gratin, et répartir le potimarron en tranches. Verser la béchamel et répartir le fromage râpé. Cuire 15 minutes à 200 C°.

Shortbread citron et pavot


Les shortbread, tout le monde connaît. Pour ma part, je dégustais avant de les réaliser moi-même ceux de la marque Walker, de forme rectangulaire. Très bons, mais le problème c'est que je ne connais pas la mesure, en fait je suis franchement gourmande, et j'avais tendance à finir le paquet… Donc, j'ai cessé d'en acheter pour en faire, parce que évidemment, j'en fait moins souvent que je ne pouvais en acheter, et j'éprouve plus de honte à tout manger après avoir vu tous les ingrédients mis en oeuvre (surtout le beurre). Cette fois, j'ai eu envie de custumiser un peu ces sablés classiques, en utilisant la recette de Pascale Week.
  • 150 g de T65
  • 100 g de beurre salé
  • 50 g de sucre complet
  • 2 c. à c. de pavot
  • 2 c. à c. de sucre complet blond
  • le zeste d'un citron
  • le jus d'un demi citron
Mélanger tous les ingrédients au batteur K, ou à la main et former un boudin de pâte. Placer le boudin au frais pour 1 à 2 heures. Faire des tranches de 1 cm d'épaisseur et déposer sur la plaque de cuisson. Aplatir légèrement et piquer les sablés avec une fourchette. Saupoudrer de sucre blond et enfourner à 170 C° pendant 15 minutes.

mardi 4 septembre 2007

Yaourts à la rhubarbe de Nantes

Je suis en pleine folie de yaourts, et j'ai des idées qui défilent dans ma tête, renforcées par les recettes de mon dernier investissement culinaire: Yaourts, cents recettes de saisons, malheureusement je ne peux pas toutes les réaliser à la fois…
Pourquoi rhubarbe de Nantes? Tout simplement parce que c'est de Nantes que provient la confiture utilisée dans cette recette, une confiture maison gentiment rapportée par mes voisins.
  • 1 l de lait écrémé bio
  • 3 c. à s. de lait en poudre écrémé bio
  • 7 c. à c. de confiture de rhubarbe
  • 1 dose de ferment
Je n'ai aromatisé que 7 yaourts sur 8, afin de pouvoir utiliser le nature pour mes prochaines fournées.
Diluer le ferment dans un demi pot de yaourt de lait, couvrir et laisser reposer 2 heures. Battre ensemble le lait, le ferment dilué et le lait en poudre. Répartir la confiture au fond des pots, et remplir de la préparation de lait. Placer en yaourtière pour 10 heures. Mettre au frais au moins 4 heures.

lundi 3 septembre 2007

Pizza grecque aux herbes, sans lait de vache, et au levain liquide


J'ai fait des efforts pour raccourcir au mieux le titre de cette recette, mais ce n'est pas encore ça; je ne pouvais malgré tout pas faire plus court sans oublier un élément fondamental de cette pizza.

Pour la pâte:
  • 200 g de farine
  • 7 cl d'eau
  • 2,5 g de levure fraîche
  • 32,5 g de levain liquide
  • 1 c. à s. d'huile d'olive
  • 3/4 c. à c. de sel
Diluer la levure dans un peu d'eau et laisser fermenter. Mélanger la farine avec le sel, et placer le levain au centre. Ajouter l'huile, la levure diluée et pétrir en incorporant le liquide progressivement. Quand la pâte est souple et non collante, laisser lever 1h30.

Pour la garniture:
  • 1 aubergine
  • 200 g de pulpe de tomates
  • 125 g de tofu aux herbes
  • 200 g de féta de brebis
Couper l'aubergine en rondelles et placer celles-ci dans une passoire. Saupoudrer de gros sel et laisser dégorger 30 minutes. Rincer et essorer les aubergines. Faire chauffer un grill en fonte, et déposer dessus les tranches d'aubergines huilées au pinceau. Réserver l'aubergine.
Râper le tofu aux herbes et réserver. Râper la féta et réserver.
Étaler la pâte en un grand disque de 30/35 cm de diamètre. Répartir la pulpe de tomate sur la pâte en conservant 1 cm de bord. Répartir le tofu aux herbes, puis disposer les rondelles d'aubergines. Répartir la féta râpée et donner quelques spray d'huile d'olive.
Enfourner 15 minutes à 240 C°.